PRESENTATION
ACTES CONGRES
TEXTE SUR L'ACCUEIL FAMILIAL

​Cette rubrique regroupe des textes, articles, travaux de recherche... rédigés par des personnes impliquées dans l'accueil familial, social ou thérapeutique, en France ou ailleurs.

CALENDRIER
VISITES

 71553 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Congrès Paris 2018

Actes des 13èmes Journées de Formation du GREPFA France

CLIQUER dans Actes des Congrès (à gauche ;)) sur Congrès 2018 à Paris

qui se sont tenues les Jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018 à Paris

Téléchargements

Si le lien ne fonctionne pas, contactez le webmestre pour l'en informer.

Fermer  Congrès 2008 à PARIS

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 1 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

Dr Marie-Dominique BAZIRE, 

Praticien hospitalier1

Stéphane LAPLACE, 

Psychologue2

Marie-Claire LEMAITRE, 

Cadre infirmier1. 

« Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

Résumé : 

 Les auteurs, dans cette communication, font part de leur pratique commune au sein du 

Placement Familial Thérapeutique en tant qu’indication positive de l’Accueil Familial Thérapeutique. 

 Ils évoquent l’évolution d’un P.F.T. créé il y a 30 ans. De nouvelles pratiques se sont mises en 

place, tentant de répondre au mieux aux problématiques de l’enfant en difficulté dans sa famille, qui 

plus est avec une pathologie psychiatrique reconnue. 

 Cette présentation se présentera comme suit : 

I) Introduction 

II) Historique du Placement 

III) Evolution dans l’organisation des placements 

1) La préparation du placement 

2) Le relais dans le placement 

3) Les indications à temps partiels 

4) Placement à l’amiable 

5) L’observation 

6) L’accueil de jour 

7) La sortie 

8) Le travail en réseau 

9) La sortie 

IV) Conclusion 

I) Introduction : 

 Placement Familial Thérapeutique : pour être simple, nous dirons que le placement est 

le fait qu’un enfant soit élevé par une famille autre que sa famille. Cette situation est connue 

depuis l’antiquité. L’histoire, la légende, et le mythe font référence à ce moment où un enfant 

se trouve dans une famille qui n’est pas la sienne à proprement parler. 

 Il existe différents types de placement comme le placement ASE, le placement 

familial spécialisé ou le placement à visée thérapeutique dont fait partie le P.F.T. La visée 

thérapeutique est imaginée non seulement dans le changement qui est un changement de 

famille, dans la vie quotidienne, mais également dans un soutien particulier aux différents 

                                                        

1 

 Secteur 2 de psychiatrie infanto-juvénile, CHU BREST. 

2 

 Secteur 1 de psychiatrie infanto-juvénile, CHU BREST. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 2 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

acteurs ainsi mis en situation : l’enfant, sa famille, la famille d’accueil, outre les autres 

acteurs travaillant auprès de l’enfant du fait de sa pathologie. 

II) Historique du Placement : 

 Le P.F.T. est actuellement une unité fonctionnelle du secteur 2 de psychiatrie infanto- 

juvénile dont le chef de service est le Dr Maria Squillante. 

 Il se situe à Brest au 1, rue Etienne Hubac à Brest, dans une maison individuelle. 

 Dans ses différentes mutations le P.F.T. n’a pas changé de nom sans tenir compte des textes 

en vigueur. Cela s’est joué au niveau historique mais nous n’en avons pas la raison précise. 

 Cependant pour nous le terme de placement est plus clair que le terme accueil dans le 

sens où il est fait clairement état de la situation de l’enfant. 

 L’hôpital psychiatrique de Bohars a été créé en 1975. C’est à l’initiative du Professeur 

Didier HOUZEL que le P.F.T. a été créé et conçu comme une alternative à l’hospitalisation 

des enfants et des adolescents de 0 à 16 ans.  

 L’argument était le suivant : « Le besoin d’un placement familial thérapeutique s’est 

fait sentir pour, d’une part les très jeunes enfants qui se trouvaient en internat pour lesquels 

les parents ne se manifestaient plus ou pas et d’autre part, pour permettre des soins en 

externat pour des enfants qui étaient géographiquement éloignés de leur famille naturelle ». 

 Les débuts du Placement Familial Thérapeutique remontent à septembre 19793

L’inscription du qualificatif thérapeutique ne semblait pas évident à l’époque puisque dans une 

thèse de doctorat en médecine, l’interne questionnait les pratiques du P.F.T. et écrivait : « le 

Placement Familial Spécialisé ou, dénomination adoptée par l’équipe, Placement Familial 

Thérapeutique »4

 Dans les premiers temps le P.F.T. dépendait d’une structure associative loi 1901, 

l’association An Avel Vor [Le vent de la mer] (Association d’Aide aux malades mentaux). 

L’encadrement du P.F.T. était essentiellement socio-éducatif. Il y avait des vacations de 

pédopsychiatre et de psychologue. 

 La capacité d’accueil était, et est encore de 16 places.  

Chaque famille d’accueil comme aujourd’hui encore n’accueillait qu’un seul enfant du P. F. T. ; 

mais à la différence que les familles d’accueil peuvent aujourd’hui accueillir d’autres enfants 

via d’autres placements. 

 Les assistants et assistantes familiaux étaient, comme de nos jours, agréés par le 

Conseil Général. 

Pourquoi une association et non un service ou une unité au début du P.F.T. ? 

 Cela s’explique par des dispositions légales en vigueur à ce moment là la réforme 

hospitalière de 1970 ne permettait pas la création d’un tel service hospitalier au sein d’un 

CHR. 

                                                        

3 

 Les premiers enfants placés au P.F.T. le furent au mois de novembre 1975. 

4 

 BAZIN-LE ROUX Catherine, Réflexions à propos du placement familial thérapeutique à Brest, Thèse pour le Diplôme d’Etat 

Doctorat en médecine, année 1982, page 1. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 3 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

 En outre, la DASS s’opposait à ce que le directeur du CHR gère également le service du 

P.F.T., pour différentes raisons5

 C’est l’association An Avel Vor qui a permis au P.F.T. d’exister en tant qu’unité de soins 

autonome, c'est-à-dire avec un prix de journée versé par la sécurité sociale. 

 Le P.F.T. a fait partie du secteur sanitaire, après l’obtention d’un agrément définitif, 

pour 15 places, via la commission régionale de Bretagne, le 30 janvier 1980, au titre de 

l’annexe XXIV du code de la sécurité sociale. 

Au fil des années6, la gestion d’un tel service s’est avérée trop lourde pour l’association An 

Avel Vor dont les moyens ne lui permettaient plus d’en assurer efficacement les 

responsabilités.  

 Depuis 1995, le P.F.T. est donc directement rattaché au CHU. 

 Par délibération du conseil d’administration du CHU, en date du 5 avril 1995, le 

Placement Familial Thérapeutique est défini comme unité fonctionnelle au sens de l’article L 

714-20 du Code de la Santé Publique. 

 Comme dans tout service hospitalier un cadre de santé a été nommé7, puis il y a eu une 

création de poste d’infirmier qui est venu s’ajouter au poste d’éducateur existant. 

 Les quarts temps de pédopsychiatre, de psychologue et de secrétaire ont été maintenus. 

 Cette mutation du P.F.T. brestois a entraîné une véritable mutation des pratiques. 

 Tant du côté de l’organisation des placements judiciaires classiques que de la nouvelle mise en 

place des modalités de travail : 

- le placement à l’amiable ou accueil contractuel 

- les observations ou accueils séquentiels  

- l’accueil de jour 

- la prise de conscience de l’importance majeure du travail en réseau. 

Les modes et accueils 

 Un seul enfant du P.F.T. est confié par famille d’accueil, sans exclure la présence 

d’autres enfants placés et suivis par l’ASE ou en PFS. 

Différents modes d’accueil sont proposés, permanents à titre continu ou intermittent ou 

encore de relais. 

Les placements s’inscrivent dans un cadre amiable ou judiciaire. 

                                                        

5 

 La première d’ordre financier car la pension allouée aux assistantes maternelles auraient été insuffisantes. Deuxièmement, la 

nécessité d’avoir un personnel spécialisé pour s’occuper des graves handicaps présentés par les enfants alors accueillis. 

6 

 Etre assistante maternelle dans un service d’accueil familial thérapeutique : Au delà des aspects statutaires de la fonction…, page 

35. 

7 

 à défaut d’avoir pu trouver un cadre socio-éducatif. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 4 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

Les missions :  

accueillir des enfants ayant des troubles de la personnalité et/ou du comportement, 

bénéficiant d’un suivi spécifique chez des assistants familiaux agréés par le conseil général, 

recruté par l’équipe au P.F.T. et salariés par le CHU. 

organiser l’accueil et participer au traitement des enfants et ados susceptibles de retirer 

un bénéfice d’une prise en charge dans un milieu familial substitutif. 

soutenir les assistants familiaux dans leur quotidien auprès de l’enfant et dans leurs 

relations auprès des institutions. 

proposer un accueil familial spécifié et adapté à chaque enfant en fonction de sa pathologie 

et de son évolution. 

accompagner l’enfant dans ses différents lieux de vie et de prise en charge. 

associer la famille à la prise en charge de leur enfant. 

travailler à  l’amélioration des liens parents/enfants en prenant compte les capacités de 

chacun. 

inscrire l’enfant dans un projet singulier dont il est acteur. 

assurer un travail en réseau avec les familles d’accueil, les institutions scolaires et de 

soins, les services sociaux. 

Le fonctionnement du service : 

 Il consiste à faire :  

la sélection et formation des assistants familiaux 

la préparation et accompagnement des placements (visites à domicile, groupes de parole, 

entretiens, etc.). 

l’encadrement des visites enfants/parents, fratrie 

le soutien à l’intégration sociale de l’enfant avec mise en place de différentes activités 

gérées par le service 

le travail de liaison. 

III) Evolution des pratiques : 

 Plus que de l’évolution des pathologies, l’évolution des pratiques au sein du P.F.T. a été 

le fruit de transformations et l’apparition de questionnements pour nous professionnels. 

 Parmi ces questionnements on peut repérer notamment :  

Comment faire dans une famille avec l’enfant malade, et l’enfant psychotique en particulier ? 

 Question que l’on se pose tout d’abord du côté des parents. 

Il y a lieu de penser l’enfant non pas en tant qu’individu pris isolément mais en tant que 

membre d’une famille, avec sa propre histoire, même si son rapport à la famille diffère de 

celui d’un autre enfant. 

 C’est en acceptant cette base de travail que l’orientation des modalités d’intervention 

et de pratiques s’est faite avec les uns et les autres : entre l’enfant et la famille d’accueil, 

entre l’enfant et sa famille. 

 Un travail de l’entre qui est à construire, tisser selon chaque histoire, chacun des enfants. 

Nous travaillons avec les familles. Cela signifie que nous prenons le temps de nous rencontrer 

et de discuter. Il faut beaucoup de rencontres pour que les uns et les autres fassent 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 5 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

connaissance, même si dans le temps de la première rencontre les bases seront posées - que 

l’on y soit attentif ou non. Toujours est-il qu’il faut du temps pour se parler, pour dire, enfin 

ses difficultés, ses propres difficultés parentales, ses points d’impasse et de butée. 

 Dans cette mise en parole, en pensée, un travail s’effectue du côté du parent qui n’est 

plus pris dans un impératif social, dans le regard du professionnel que nous incarnons. Il y a 

des choses qui sont alors déposées pour pouvoir construire autrement. C’est donc d’un dé- 

nouage qu’il s’agit d’opérer plus que d’une application de modes de faire, de modes de 

conduites parentales à suivre. 

Même si ce temps peut être abordé par la suite dans le mode d’être à son enfant : lui faire à 

manger, que faire avec : l’amener au parc, être avec lui, jouer… 

 Des modalités qui paraissent simples, certainement trop facilement naturelles mais qui 

ne le sont aucunement pour les parents avec qui nous avons à faire, quand ces parents sont 

toujours présents car il arrive que certains parents n’arrivent à tenir que d’être éloignés de 

leur enfants. C’est dans une mise à distance de kilomètres, que le parent devient davantage 

capable d’être attentif à  son enfant.  

C’est donc à des optiques paradoxales que nous avons à faire, où notre savoir est mis à mal. 

D’ailleurs, n’est-ce pas là le propre de tout parent d’être mis à mal dans son savoir, car 

l’enfant nécessite avant tout une approche singulière plus qu’une reproduction de savoir établi. 

 Dans cet accompagnement, au cas par cas, il nous faut nécessairement dirions-nous, 

prendre le temps de mettre en mots les choses, les situations comme nous les appelons en 

tant que professionnels. 

 La position du psychologue est alors intéressante car elle vient marquer un décalage, 

opérer une certaine distance entre les idées toutes faites et une tentative de compréhension 

si ce n’est d’interprétation dans la quête vaine de sens mais pour autant nécessaire pour le 

professionnel qui opère dans le quotidien de l’enfant. 

 Le discours vient alors comme mode littéral de pensée. Penser les choses, non pas pour 

l’autre, mais déjà pour soi-même histoire de mettre des questionnements sur ses propres 

savoirs professionnels. 

 Il s’agit là d’une mise au travail du faire avec. Cela ne va pas de soi, bien au contraire. 

 D’où la nécessité de creuser des écarts pour que les parents, l’enfant, auprès de 

professionnels puissent nouer, ou renouer au mieux de nouvelles expériences jusque là 

échouées. 

A) Evolution dans l’organisation des placements  

 A l’origine du placement, il n’y avait pas ou peu de droits d’hébergement pour l’enfant 

dans sa famille. Il était habituel de dire qu’il fallait laisser les enfants s’installer dans leur 

placement. 

 Les familles d’accueil demandaient très peu de vacances et se devaient de rester 

disponibles pour l’enfant du fait de sa pathologie. On disait des enfants : « ils n’aiment pas le 

changement ». 

 La durée moyenne du placement était longue, d’où une difficulté importante à se 

projeter vers une sortie. 

 L’âge de départ du P.F.T. dépassait largement le cadre des 16 ans sans qu’un projet de 

sortie ne soit vraiment préparé. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 6 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

 Face à ce postulat, trois positions fondamentales ont émergées dessinant de nouvelles 

orientations dans nos pratiques : 

1°) l’importance de la préparation du placement ; 

2°) la mise en place de relais ; 

3°) la notion de placement à temps partiel. 

A.1.1) La préparation du placement 

 Ce temps conditionne le déroulement et l’avenir du placement. 

 Après une présentation de l’enfant par toute équipe demandeuse, une indication est 

posée. 

 Nous rencontrons ensuite l’enfant et sa famille. Le choix fait par l’équipe est que 

l’enfant nous connaisse et inversement avant d’engager la première rencontre avec l’assistante 

familiale. 

 C’est ainsi inscrire l’espace temps d’une projection et d’un cheminement dans le 

placement à venir, pour l’enfant et ses parents, comme pour l’assistant(e) familial(e). 

 Il est essentiel d’obtenir une adhésion suffisante de l’enfant et de sa famille, même 

dans le cadre d’un placement judiciaire pour que le projet de placement puisse prendre forme 

surtout dans sa dimension de soin. 

 Le temps pris à la préparation du placement permet à l’enfant de mieux comprendre ce 

qui se joue pour lui, et avec lui, et permet également de penser un projet de soins spécifique à 

l’enfant. 

 Ce projet de soin est présenté à l’enfant et à ses parents, avec la famille d’accueil 

réunis pour un premier – et seul - entretien de rencontre. 

A.1.2) Le relais dans le placement 

 Le relais dans le placement a été pensé comme une nécessité pour chaque enfant - 

indépendamment du cadre de son placement - avec l’objectif de travailler la séparation, au 

départ, d’avec l’assistante familiale.  

Cela a été l’occasion pour la plupart des enfants de reparler de la séparation d’avec leur 

parent ou /et d’une précédente famille d’accueil. 

 Le relais amène un espace tiers qui laisse de la place aux parents. Comme si cela 

décollait l’enfant de sa possible appartenance à la famille d’accueil. 

 C’est un changement qui nous a aidés à préparer la mutation dans le statut des 

assistants familiaux avec le droit aux congés. 

 Autant nous étions au départ dans un postulat systématique du relais, autant nous 

pouvons maintenant nuancer au cas par cas les propositions en les adaptant à chaque enfant 

selon les moments de sa vie. En les diversifiant, dans le rythme, dans une combinaison 

possible, non pas relais dans une famille d’accueil nécessairement mais également dans un 

élargissement du droit de visite et d’hébergement chez le ou les parents, dans des séjours, 

accueils à la ferme (comme une palette d’expériences nouvelles proposées à l’enfant). 

 Ces temps de séparation nous permettent d’avoir des regards différents sur l’enfant (dans 

ces espaces l’enfant peut aussi se montrer différent), et parfois de croiser les regards dans 

les réunions d’assistants familiaux si le relais est effectué par une assistant(e) familial(e) de 

notre service. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 7 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

Vignette clinique : la situation d’Annabelle, née le 21/10/2003. 

 Annabelle, petite fille de 4 ans, placée à l’âge de 18 mois dans un foyer d’urgence où 

elle restera deux jours avant d’être confiée à une première famille d’accueil pour une semaine. 

 Annabelle sera ensuite placée dans une seconde famille, celle qui était pressentie au 

cours d’un projet travaillé précédemment dans le cadre d’une I.O.E., le placement ayant eu 

lieu 8 jours avant l’audience. 

 Un an après, la prise en charge de l’enfant dans cette deuxième famille s’arrête du fait 

des incidences des troubles d’Annabelle sur les propres enfants du couple d’accueil. 

 Les troubles du comportement  se manifestaient par une instabilité majeure, des mises 

en danger permanentes, une agressivité, et des comportements sexualisés (elle était décrite 

comme une enfant sauvage, sans langage). 

 Annabelle est donc ensuite placée chez M. & Mme T, troisième famille d’accueil alors 

qu’elle n’est âgée que de deux ans et demi. 

 Mme T. après un début (un mois) assez facile, Annabelle s’est littéralement accrochée 

à Mme T. et à sa fille aînée dans une relation d’exclusivité, manifestant un très grand 

sentiment d’insécurité. 

 Vue en consultation en pédopsychiatrie, à la suite d’une prise de contact avec un 

CAMPS, elle est ensuite orientée vers un  hôpital de jour où elle sera prise en charge en 

septembre 2006. 

 Le diagnostic posé est alors : trouble de la construction de la personnalité avec un tableau de 

carences affectives et éducatives, et séquelles de maltraitance. 

 Une orientation en P.F.T. a été proposée dans un contexte de possible rupture du 

placement tant l’assistante familiale et sa famille étaient malmenées par les troubles 

d’Annabelle. 

 Mme T. a accepté de travailler avec nous malgré ces réserves. 

 D’emblée la question du relais s’est posée, sous l’angle d’une nécessité pour préserver la 

continuité du placement même si l’assistante familiale se sentait coupable d’abandonner 

Annabelle. 

 Un premier contact avec une famille d’accueil relais connue du service est proposé, ce 

qui a mis en évidence la réactivation d’angoisses. Nous nous orientons alors vers une prise en 

charge en collectivité qui pourra se montrer moins menaçante pour Annabelle. 

 Elle sera ainsi  accueillie dans un foyer de l’enfance, lieu connu d Annabelle et de sa 

maman (premier placement) et cela nous donne la possibilité de retravailler la première 

séparation qui a été manifestement traumatique.  

La séparation lors du premier relais est extrêmement difficile pour Annabelle qui tombe 

malade la nuit précédente. Poussée de fièvre importante, qui amènera Mme T. à dire sa 

difficulté à accepter cette séparation au point qu’Annabelle et Mme T. ne se sont pas 

réveillées pour arriver à l’heure du rendez-vous fixé pour le relais. 

 Malgré tout Annabelle s’adapte plutôt bien, elle repère les locaux et semblera rassurée 

par les lieux. 

 Cette préparation de relais venait aussi répondre à la demande de congés de Mme T. et 

au regard des observations faites sur ces deux temps d’accueil nous prenons la décision 

d’instaurer un relais régulier les premiers et troisièmes week-ends du mois, en partant du 

postulat que cette fréquence et cette régularité pouvaient sécuriser suffisamment Annabelle 

pour qu’elle investisse les lieux. 

 Actuellement cette rythmicité est toujours d’actualité. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 8 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

 Nous avons pu remarquer un ré-aménagement des liens entre cette enfant et son assistante 

familiale. Au fil des relais il est noté un apaisement d’Annabelle qui lorsqu’elle passe devant le 

foyer dit « c’est ma maison ». 

 C’est aussi à ce moment là où Annabelle a pu évoluer au travers de l’acquisition de la 

propreté,et d’ une évolution de langage qui lui permet d’exprimer davantage ses émotions. 

 Les séparations tout en restant difficiles sont moins génératrices d’angoisses majeures. 

A.1.3) Les indications à temps partiels 

 Elles se sont précisées au cours des années 2000, après avoir fait le constat qu’une 

famille d’accueil auprès de certaines pathologies ne pouvait pas être en mesure de faire face 

à l’enfant, seule. Il est illusoire de penser que là où une institution ne pourrait pas faire avec 

un enfant, une famille d’accueil pourrait, elle, tenir. 

 Il est souvent question dans notre pratique de cette sollicitation du P.F.T., là où 

d’autres ont échoués, dans l’illusion qu’une famille pourrait guérir l’enfant. C’est faire 

l’économie du contexte et de la pathologie de l’enfant. 

 Un enfant, dans une instabilité majeure, nécessitant une attention constante, ces 

troubles là sont impossibles à vivre au quotidien d’une famille. La famille d’accueil se voit 

obligée de revoir en totalité son cadre de vie qui finit par ne plus en être un. 

 L’indication à temps partiel pose le postulat suivant : une famille d’accueil seule ne 

pourra pas être suffisante, à ce cadre de travail là, il faudra y adjoindre une institution, type 

foyer, où les conflits se jouent différemment. 

 Cette pratique est souvent difficile à mettre en place du fait de la réticence des 

partenaires qui estiment que la vie de l’enfant peut s’en trouver morceler. 

 Cette indication nécessite un travail de liens importants,où l’accompagnement régulier 

de l’enfant par les membres de l’équipe prend tout son sens, en vue de garantir la cohésion du 

projet. 

Indication du fait des troubles de l’enfant et de leur difficulté : 

 Vignette  clinique : Martial né le 31/05/1994 

 Martial est un enfant né à l’étranger, dans un pays de l’est. Arrivé en France avec un 

projet d’adoption qui n’arrivera pas à son terme, puisqu’il n’y a pas eu d’adoption plénière. En 

effet, Martial a été retiré de sa famille adoptive pour cause de maltraitance. 

 Il est alors placé en institution (foyer d’urgence) un an après son arrivée en France. Il 

présente de graves troubles de l’attachement et de la personnalité, qui se manifestaient par 

des épisodes d’agressivité, de décharges pulsionnelles importantes, et mouvements d’attaques 

par rapport aux images maternelles principalement (le mari de l’assistante familiale était 

épargné). 

 Le P.F.T. a été sollicité par le foyer en vue d’un placement en famille d’accueil, avec 

l’idée de retravailler un projet d’adoption. Face à cette demande ambiguë et la difficulté 

exprimée par Martial de quitter le foyer avec une grande peur d’être – de nouveau – 

abandonné, l’orientation a été un placement à temps partiel, avec un maintien de la prise en 

charge au foyer à mi-temps. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 9 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

 Ce projet avait pour but de permettre à l’enfant de s’inscrire, à sa manière dans une 

famille d’accueil, dans une temporalité qui était la sienne, tout en préservant les liens qu’il 

avait pu tisser avec l’institution. Il était en effet pris dans un double mouvement d’agressivité 

et d’évitement auprès de son assistante familiale avec des attentes massives. Nous avons 

donc pensé que le maintien des liens avec son foyer était une base sécure à respecter car cela 

lui permettait de se lier à d’autres. 

 De son côté, le foyer craignait que l’indication à temps partiel rende plus difficile 

l’intégration dans une famille d’accueil, ce qui n’a pas été le cas. 

 Néanmoins il a fallu un temps pour que la famille d’accueil puisse s’attacher à Martial et 

que Martial puisse suffisamment leur faire confiance. A de maintes reprises Martial a projeté 

à l’extérieur une image très négative du couple d’accueil, faisant penser que l’on ne s’occupait 

pas bien de lui, voire que son assistante familiale était maltraitante. 

 Aujourd’hui Martial a quitté son foyer dans le cadre d’une réorientation vers un ITEP 

avec internat (août 2006). Cela lui permet de se considérer comme un enfant ayant une 

famille. Il est assez près de sa famille d’accueil tout en étant assez loin. 

 Toutefois même s’il y a une évolution positive de cet enfant, nous envisageons de 

penser à un autre lieu à côté de la famille d’accueil pour accompagner Martial dans un projet 

d’avenir (avec une expérience de parrainage malheureuse). 

B) Placement à l’amiable 

 Les placements à l’amiable correspondent pour l’essentiel, à notre sens, à l’alternative à 

l’hospitalisation. On pourrait nommer cet accueil "accueil thérapeutique contractuel". 

 Lorsque les troubles d’un enfant ne peuvent plus être gérés par ses parents, pris eux- 

mêmes dans leurs propres difficultés pour diverses raisons, une indication de placement à 

l’amiable peut être proposée. 

 A la différence du placement judiciaire les parents se retrouvent acteurs de ce 

placement, et se mobilisent différemment. 

 Les parents demandeurs du placement de leur enfant porteur d’une pathologie 

induisent une position différente de notre part. Nous nous inscrivons d’emblée dans un autre 

rapport avec ces parents basé sur la négociation. Les positions sont davantage rigides dans le 

placement judiciaire, cet aspect autoritaire est moins pesant dans le cadre du placement 

amiable où nous intervenons dans une position de soins, sans doute plus nette. Sans oublier 

une dimension de prévention dans la fratrie ou dans le cas de la naissance d’un autre enfant. 

 Un placement fait avec l’accord des parents (sans cadre judiciaire) présente l’avantage 

d’une plus grande implication des parents dans la prise en charge de leur enfant et permet 

d’avoir une réelle alliance thérapeutique basée sur la confiance mobilisatrice de changements 

dans les relations intra familiales. Nous soulignons que cette approche nous a amené à 

considérer autrement la place des parents. 

 Cette expérience de travail avec les parents  nous a amenée à penser autrement le 

droit de visite dans le cadre des placements judiciaires avec un élargissement du droit de 

visite chez les parents parfois soutenu par l’intervention d’une Travailleuse familiale de 

prévention. 

Nous privilégions actuellement  les visites encadrées par notre équipe au domicile des parents 

ou sur l’extérieur plutôt qu’en lieu neutre. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 10 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

C) L’observation 

 Il s’agit de temps courts d’hospitalisation chez des assistants familiaux de notre 

service. 

 Nous privilégions des temps d’observation de trois semaines de façon à mieux 

identifier ce qui est induit par les troubles de l’enfant de ce qui est de la pathologie familiale. 

 Ces observations peuvent s’arrêter au bout de trois semaines mais encore s’orienter 

vers des propositions d’accueil relais couplées à un suivi en visite à domicile engageant un 

travail avec les parents. 

 Elles peuvent prendre  la fonction d’un nouvel éclairage par rapport aux projets de 

soins initiaux. 

Vignette clinique : Simon né le 18/12/1997 

 Simon, d’origine asiatique, a été adopté à l’âge de 1 an. Il est pris en charge, dans un 

CATTP, depuis ses trois ans. A l’époque, ce qui est repéré est un gros retard de langage avec 

une grande inhibition. Simon apparaît comme un enfant replié, accroché à sa mère. Il souffrait 

par ailleurs d’un problème de surdité. 

 Manifestant des troubles du comportement faisant évoquer un trouble envahissant du 

développement, le médecin du CATTP interpelle le P.F.T. pour une demande d’observation en 

famille d’accueil en raison de la discordance entre l’évolution observée, depuis un an au CATTP 

et à l’école, et de la persistance, voire l’aggravation des troubles dans le milieu familial. 

 A la maison Simon n’a pas d’initiative, ne peut jouer seul, est en collage avec ses frères 

et sœurs au point de les envahir. Crises à la moindre remarque, à la moindre frustration, au 

moindre changement. Simon peut crier durant une heure, une heure et demie, envahissant 

l’espace familial et mettant ses parents dans une incapacité à agir. 

 Cette observation sous forme d’un accueil de trois semaines a permis de mettre à jour 

les difficultés de séparation de Simon et de sa mère qui jusque là n’avaient pas pu être 

verbalisées. 

 L’enfant affichait une sorte d’indifférence froide à l’égard de son parent, alors que sa 

mère présentait une grande tristesse, dans un état de sidération. 

 La mère de Simon a alors pu évoquer la culpabilité qu’elle portait, qu’elle avait eu, lors 

de son toute première rencontre avec cet enfant. Durant ce moment, elle nous dit avoir été 

dans la situation d’arracher Simon aux bras de sa grand-mère pour se rendre à une visite 

médicale avant adoption. Quelque chose qui jusque là n’avait pas pu être élaboré a permis à 

cette femme de pouvoir s’inscrire en tant que mère. 

 Suite à cette première période d’observation nous avons proposé des accueils relais, 

chez la même assistante familiale sur des temps de vacances scolaires. Cela a permis de 

travailler la relation mère-enfant, ainsi que les relations parentales. 

 Simon a pu apprendre à verbaliser ses difficultés de séparation au cours des moments 

de départ et de retour dans sa famille. 

 Alors que la demande initiale était de travailler autour de la séparation et de la 

distanciation de Simon, nous avons permis une nouvelle rencontre entre Simon et ses parents. 

 En conclusion ce travail d’observation a permis à Simon  de faire l’expérience que l’on 

peut se quitter sans s’arracher, ou être arraché. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 11 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

D) L’accueil de jour 

L’accueil de jour fait partie de nos nouvelles pratiques. 

La meilleure connaissance de la psychopathologie infantile, l’action de sensibilisation conduite 

depuis plusieurs années auprès de nos partenaires (PMI, pédiatrie, Education Nationale, 

CMPP) détermine une augmentation de la demande de soins. 

Nous avons été amenés à diversifier nos outils thérapeutiques et à prendre  en compte de 

plus en plus le nécessaire  travail avec les familles. 

En effet, nous constatons de fréquents dysfonctionnements des interactions parents/enfants 

dès le plus jeune âge ou des parents eux-mêmes souffrants psychiquement ou de 

configurations familiales précaires ou in sécurisantes. 

Il a donc été envisagé de pouvoir proposer pour les enfants jeunes et leurs parents un accueil 

familial de jour pouvant avoir un rôle d’étayage, de mobilisation d’un fonctionnement 

interactif pathologique. 

 Vignette clinique : Mélissa, petite fille de 4 ans, née en mai 2001. 

 Mélissa présente des troubles autistiques avec absence de langage (mots en écholalie), 

hospitalisée en CATTP depuis septembre 2003. 

 Les deux parents présentent une pathologie psychiatrique. La maman souffre de 

troubles graves de la personnalité avec une symptomatologie dépressive (sa scolarité s’est 

faite en IME). Le père est porteur d’une pathologie obsessionnelle. Il est bien inséré 

professionnellement. 

 Mélissa est la seule enfant du couple. Le diagnostique de trouble autistique a été posé 

lorsque Mélissa avait deux ans et demi, date de son entrée au CATTP. 

 Une orientation vers un accueil de jour a été posée du fait de la difficulté parentale à 

assumer la prise en charge de Melissa telle qu’elle était proposée par le service. 

 Cela se traduisait par une irrégularité des temps passés par Melissa au CATTP ainsi 

qu’à l’école. C’était en fonction des disponibilités psychiques de la maman. Mélissa, 

parallèlement évoluait peu (troubles du langage, non acquisition de la propreté, troubles du 

sommeil et de l’alimentation). 

 Les parents de Mélissa ne parvenaient pas à s’occuper d’elle et la maintenaient dans un 

statut de tout petit. 

 La vie à la maison était rythmée par les troubles de l’enfant sans ajustement parental 

possible. Ainsi, pour palier aux troubles du sommeil de Mélissa les parents déplaçaient le lit au 

gré supposé des besoins de leur enfant. 

 La chambre était envahie de jouets telle une salle d’exposition. Et Mélissa ressemblait 

à une jolie poupée que l’on déplaçait, ou photographiait. 

 La mise en place d’un accueil de jour sur 3 demi-journées par semaines chez une 

assistante maternelle PMI, en complément de l’école, a permis à la maman de rompre avec son 

isolement et de sortir de son état dépressif. 

 S’appuyant sur le temps d’accompagnement et d’échanges avec l’assistante maternelle 

et l’équipe, elle a pu s’aménager des temps de séparation d’avec sa fille, des espaces qui l’ont 

aidée à prendre confiance en elle. Elle a alors été en plus grande capacité de prendre en 

compte les besoins de Mélissa, d’évoluer dans des interactions moins pathologiques, et vers un 

processus d’individuation. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 12 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

 Le papa a pu prendre une autre place. Mélissa quant à elle a pu rencontrer une 

personne qui a su s’ajuster à ses troubles et aider ses parents à faire de même. 

 La prise de conscience et l’acceptation du handicap ont fait partie de l’évolution de la 

situation avec une orientation vers un IME, projet qui était impossible à envisager pour les 

parents. 

 Au total cette observation pour laquelle à un moment donné il a été question 

d’un signalement a évolué vers la demande exprimée des parents d’un accueil relais en famille 

d’accueil ponctuel comme une aide à leur parentalité. 

E) Le travail en réseau 

 Le travail en réseau  constitue une part très importante du travail du placement 

familial puisque le service se situe au carrefour et  l’interface des prises en charges 

nombreuses dont bénéficient les enfants qui nous sont confiés. 

Nous sommes amenés à travailler avec les services sociaux (ASE, TFP essentiellement). Le 

tissage et le maintien de relations solidaires permettent un meilleur maillage autour de 

l’enfant, de ses parents. 

 Le travail se fait autour de rencontres régulières avec les référentes ASE, au service 

ou lors de synthèses externes. 

 Les liens avec les IME, les CLISS, l’école, leurs services de soins sont indispensables à 

maintenir et entretenir. Les oublis et les mal entendus étant extrêmement fréquents, tant 

parfois il est difficile de voir un enfant malade dans sa globalité et dans le quotidien d’une vie 

ordinaire (chez l’assistant familial ou dans sa famille). 

 Beaucoup d’écueils sont à travailler et à repérer comme les phénomènes de clivages, de 

rivalités, les répercussions des difficultés institutionnelles. 

 Les accompagnements de l’enfant dans l’écoute et les observations partagées 

participent à ce travail. 

 Ce travail en réseau constitue les conditions sine qua non à l’élaboration d’un projet de 

sortie cohérent et dans la continuité de ce qui à été travaillé. 

F) La sortie 

 Envisager une sortie n’est pas toujours une mince affaire. 

 Elle dépend de l’évolution de l’enfant, de sa famille, de l’orientation : des décisions 

judiciaires quand elles existent. Tout ceci ne s’harmonisant pas forcément. 

Nous sommes parfois, du fait de l’orientation en ITEP ou en IME, la seule référence 

psychiatrique institutionnelle (prise en charge préexistante). 

 De plus, la sortie se fait souvent au moment où le jeune doit quitter la pédopsychiatrie 

pour le secteur adulte (16 ans). 

 Dans ces cas, le travail en réseau doit être opérant afin qu’il n’y ait pas un sentiment 

de lâchage ou d’abandon (que ce soit du côté du jeune, de la famille, des institutions etc.) car 

autant un début placement est compliqué, autant l’arrêt se montre acrobatique. 

 Nous avons recours au réseau pour que cela se fasse le mieux possible. De nombreux 

montages sont utilisés. 

 Pour un placement judiciaire, le relais du suivi dans le cadre de l’ASE  reste simple 

parce qu’il y a maintien de la collaboration avec le référent ASE sur le temps de suivi par 

notre service et qu’il s’inscrit  dans la continuité. Nous avons accompagné l’enfant et sa famille 

ensemble, dans un même mouvement qui se continuera par la suite. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 13 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

 Pour les placements à l’amiable, cela est plus délicat. 

 Nous avons souvent assisté à une amélioration notable de l’état de l’enfant (régression 

ou stabilisation des troubles, capacités à s’intégrer dans un milieu scolaire ordinaire, bonne 

intégration en milieu spécialisé) sans qu’il y ait possibilité d’un retour dans la famille car les 

parents restent très démunis ou porteurs de pathologies importantes ; parents auprès 

desquels pourtant le placement à l’amiable a permis un énorme travail. 

 Dans de telles situations, nous les avons accompagnés à faire une demande auprès du 

juge pour permettre la poursuite du placement  sans rupture. 

 Vignette clinique : Etienne né le 17/01/1994 

Enfant suivi depuis ses 2 ans et demi, en CATTP (séances mère/enfant). 

Etienne a des antécédents lourds de pathologie organique. 

Maladie de Hirchprung, opéré à la naissance avec une hospitalisation sur 10 mois environ 

lors de la 1ère année. 

Il a eu un anus artificiel pendant quelques mois. 

Les parents sont très démunis : 

la mère est psychotique (avec ATCD de syndrome dépressif et passage à l’acte). 

le père est dans le registre psychopathique. 

Etienne est l’aîné de 4 enfants. 

La demande de placement intervient dans un contexte de difficultés majeures du couple à 

s’occuper de leur enfant. 

Madame étant persécutée par son fils. Elle rapporte la difficulté de la mise en place des liens 

avec celui-ci du fait des hospitalisations précoces et de la lourdeur de la pathologie. 

Etienne est un enfant également très persécuté par son entourage. 

Il a des idées délirantes, parfois critiquées, mais envahissantes. Ses capacités 

d’apprentissage restent bonnes. 

Il a été admis au P.F.T. en 99 dans un contexte contractuel avec les parents, avec un maintien 

de droits de visites et d’hébergement sur les week-ends et les vacances scolaires mais avec 

des variations en fonction de l’état de la maman (dans la qualité des accueils). 

La famille, pour laquelle, auparavant des interventions de secteur avaient échouées (car 

vécues comme persécutrice) s’est saisie de nos propositions de soins. 

Le papa a pu s’étayer sur nos interventions pour pallier aux difficultés de son épouse. Un suivi 

psychiatrique de Madame a pu se mettre en place ainsi qu’une mesure de protection pour les 

autres enfants. 

L’amiable a permis sans doute un travail que le judiciaire aurait contrarié et même empêché.  

Aujourd’hui, Etienne va sortir du P.F.T. Il est en ITEP. 

Pour permettre la faisabilité de ce projet, nous avons travaillé auprès des parents qui ont ont 

initié eux-mêmes une démarche auprès du juge pour enfant, afin de pérenniser le placement 

sur un mode judiciaire, dans l’idée d’un maintien en famille d’accueil sur un mode relais. Les 

parents étaient conscients de leur limite et de leur besoin d’être accompagnés. 

 

 Dans une autre situation, nous avons eu recours à l’hospitalisation à domicile (service 

de pédopsychiatrie). Cas de Laurent né le 15/01/1996. 

8ème congrès du GREPFA France, Paris (29-30 mai 2008) 14 

Équipe AFT CHU Brest, « Placement Familial Thérapeutique un et pluriel » 

 Quelques fois, des solutions d’internat en ITEP ou IME solutionnent la sortie mais très 

souvent des placements relais restent nécessaires. 

 Les durées moyennes de placement sont longues : 7 à 8 ans, mais avec des évolutions 

possibles dans les modalités de placement (évolutions vers des placements séquentiels) au sein 

de cette durée. 

 

 

IV) Conclusion : 

Que dire au moment de conclure, après cette présentation ? 

Nous nous devons de dire quelques mots sur ce qui est le fruit de ce travail. 

Tout d’abord cette présentation est un parcours, donc un regard pris à un moment donné, 

dans une temporalité particulière, qui a été écrite à plusieurs. Il s’agit donc d’un travail 

d’équipe, un travail mettant en jeu trois professionnels de formation différente. 

Dire quelques mots de cette épreuve (celle de l’écriture, puis celle de la présentation de notre 

travail) montre à quel point la pratique du P.F.T. nécessite la prise en compte de ce qui 

s’appelle l’altérité8 : la différence à l’autre. 

Différence entre chaque professionnel en premier lieu, venant d’horizons divers, puis 

différence de tout un chacun, dans sa place d’enfant, de parents, de professionnels. 

Cette réunion ne va pas de soi, et peut, dans certains cas, s’avérer explosive. Pour autant, 

c’est dans une tentative de nouage, à notre manière que nous envisageons notre travail. C’est 

ce dont nous avons voulu témoigner auprès de vous ce jour. 

Un témoignage qui ne se veut en aucun cas une méthode, La méthode à suivre, comme de 

nombreuses sirènes le chantent à notre époque sous la version de protocoles ou de 

procédures. 

Lorsque les sirènes chantent, il faut tenir la barre9. C’est ce que nous tentons de faire, tenir 

la barre, afin de maintenir un cap que nous pensons cohérent, pour l’enfant. Lourd projet donc, 

lourde responsabilité. 

C’est la raison pour laquelle, la pratique qui est la nôtre se situe davantage dans un montage 

singulier, au sens d’un tissage, au cas par cas. 

Le P.F.T., quand il est proposé dans une souplesse dans les modalités d’accueil et de durée 

prend sa valeur thérapeutique en tant qu’alternative et parfois équivalence de 

l’hospitalisation. 

La famille d’accueil n’est pas un hôpital en vrai, n’est pas un lieu institutionnel en tant que tel 

mais c’est un lieu qui en prenant appui sur les dispositifs proposés devient un lieu de soins. 

Notre travail s’inscrit de fait dans un questionnement constant permettant que le chemin se 

dessine en même temps qu’il se pratique. L’accueil, le placement n’ont rien de naturel. Il nous 

appartient (en tant que nous en avons la responsabilité) de faire en sorte qu’il reste humain, 

un rapport entre humains. 

Dépasser la pathologie ne signifie pas l’effacer, bien au contraire, il s’agit d’un faire avec en 

tant que faire avec autrement, où le dispositif d’accueil familial reste un outil thérapeutique 

d’actualité. 

                                                        

8 

 Altérité : en philosophie, qualité de ce qui est autre in Encyclopædia Universalis 2004. 

9 

 Cf. le périple d’Ulysse dans l’Iliade et l’Odyssée d’Homère. 


grepfabrest2008.pdf(237,89 ko) Téléchargé 218 fois Télécharger Hyperlien  

Journée AFT Enfant dans l'Essonne - 16/4/2019

En France 70.000 enfants bénéficient d’un des dispositifs d’Accueil Familial. Développé en pédopsychiatrie depuis plus de 50 ans, la déclinaison thérapeutique de cette pratique - dont bénéficient près de 1.000 enfants - a été conçue pour soigner des troubles précoces et sévères de la relation enfant-parents et leurs conséquences. 

Dans l’Essonne, les dispositifs de l’UAFT (Unités d’accueil familial thérapeutique d’Etampes, de Savigny-sur-Orge, de Ste Geneviève-des-Bois, …), déployés dans les secteurs de pédopsychiatrie, ont acquis une expérience clinique spécifique.

Le 16 avril prochain, à l’EPS Barthélémy Durand Etampes (cf affiche), seront exposés les aspects cliniques et théoriques de ces pratiques de soin, des chercheurs présenteront leurs études, et les patients, parents et familles d’accueil témoigneront de leur expérience. Des outils pédagogiques innovants montreront la complexité des situations rencontrées. Pour prolonger les moments d’échanges lors de la pause déjeuner, les organisateurs offriront un buffet.

Nous espérons que vous viendrez nombreux à cette Journée d’étude interprofessionnelle qui associera les acteurs des  champs sanitaire (pédopsychiatrie et psychiatrie adultes), médico-social, protection de l’enfance, justice des mineurs, éducation nationale, associations …

Le Programme détaillé de la Journée sera diffusé prochainement.

Cette Journée entre dans le cadre de la Formation continue et elle est gratuite.

Pour l’INSCRIPTION : contacter laure.boyer@eps-etampes.fr  :

INSCRIVEZ VOUS

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

ASSOCIATION
REGIE PAR
LA LOI DU 1er Juillet 1901
-

Statuts déposés le 23/01/1992 
-


N° de Formation Continue : 1175 25 55 675 
N° SIRET : 41420497400029 – CODE APE : 913

OGDPC: n° d'enregistrement organisme: 2775

 

Document généré en 0.06 seconde