PRESENTATION
ACTES CONGRES
TEXTE SUR L'ACCUEIL FAMILIAL

​Cette rubrique regroupe des textes, articles, travaux de recherche... rédigés par des personnes impliquées dans l'accueil familial, social ou thérapeutique, en France ou ailleurs.

CALENDRIER
VISITES

 71554 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Congrès Paris 2018

Actes des 13èmes Journées de Formation du GREPFA France

CLIQUER dans Actes des Congrès (à gauche ;)) sur Congrès 2018 à Paris

qui se sont tenues les Jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018 à Paris

Téléchargements

Si le lien ne fonctionne pas, contactez le webmestre pour l'en informer.

Fermer  Congrès 2006 au SABLES D'OLONNE

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 1 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

Dr Marie REVEILLAUD, 

Psychiatre, Chef de service, CH Mazurelles, La Roche-Sur-Yon 

Fabrice GUYOD, 

Psychologue, CH Mazurelles, La Roche-Sur-Yon 

Jacqueline MAHE, 

Infirmière, CH Mazurelles, La Roche-Sur-Yon 

Joël MAZOUIN, 

Infirmier, CH Mazurelles, La Roche-Sur-Yon 

Joëlle FRANÇOIS, 

Infirmière, CH Mazurelles, La Roche-Sur-Yon 

Jean-Luc MUSTCHLER 

Infirmier, CH Mazurelles, La Roche-Sur-Yon 

 

 AXE n°2 « DIVERSITE DES ENVELOPPES » 

L’AFT séquentiel pour soutenir le placement familial de l’ASE 

dans la prise en charge d’un enfant violent : 

reconstructions des liens affectifs. 

  

Nous présenterons un cas d’enfant dont la pathologie se manifestait par une dangerosité, une 

explosion de violences brutale et imprévisible : immotivée au premier abord mais pas sans 

cause comme nous tenterons de le démontrer dans ce qui suit. 

Plusieurs dispositifs thérapeutiques ont été déployés au cours de sa prise en charge en 

réseau pluri-institutionnelle et pluri-partenariale,  

Ces dispositifs sont capables, selon nous,de donner des réponses adéquates à la montée en 

puissance des hospitalisations en pédopsychiatrie d’enfants présentant au premier chef du 

tableau symptomatologique des passages à l’acte violents.     

Dans cet ensemble, construit comme autant d’enveloppes contenantes emboîtées les unes 

dans les autres, fermes et souples à la fois, centrées sur l’espace interne du sujet dans ses 

rapports aux objets, nous voudrions mettre en relief l’accueil familial thérapeutique 

séquentiel. 

Bien que ne représentant qu’un des maillons de l’ensemble du projet thérapeutique, cet 

élément du dispositif de soins n’en fût pas moins essentiel pour que cet ensemble résiste à la 

destruction 

  

  

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 2 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

1- Histoire de Alan : un regard de loup. 

  

Alan arrive à l’âge de onze ans et demi dans la structure temps plein en urgence après avoir 

été exclu d’un Institut de Rééducation.Pédagogique. L’exclusion de cette institution est en 

rapport avec ses comportements violents. C’est un enfant qui est pris en charge par les 

services sociaux depuis l’âge de deux ans. 

  

Nous connaissons le père de Alan, qui lui-même a été suivi depuis l’âge de douze ans en 

pédopsychiatrie et qui continue à être suivi en psychiatrie adulte avec un traitement 

neuroleptique très important. Sa mère, originaire des Dom Tom, et adoptée à l’âge de 7 ans 

par une célibataire, est décédée lorsqu’il avait trois ans. 

  

Cette grand-mère maternelle a toujours manifesté de l’intérêt pour son petit-fils, le prenant 

en vacances fréquemment, contactant régulièrement les familles d’accueil. Pour autant, elle 

tenait un discours très négatif sur sa propre fille, mère de l’enfant, et rejetait totalement le 

père. 

  

Les autres éléments traumatisants de son histoire sont liés aux placements successifs depuis 

l’âge de trois ans dans cinq familles d’accueil différentes, avec à chaque fois des ruptures 

difficiles dans des contextes de violences de l’enfant et/ou de maltraitances des parents 

d’accueil.  

  

Mais reprenons chronologiquement et dans les détails. La mère de Alan entreprend à la fin de 

son adolescence des études d’aide-soignante. Suite à l’échec de ses examens, elle bascule 

dans la délinquance et les amours vagabonds. 

  

Le père de Alan, diagnostiqué psychopathe, est hospitalisé en psychiatrie dès sa petite 

enfance, puis orienté en Institut Médico-Educatif. Il a été placé avec ses frères en famille 

d’accueil et suivi par le service de L’Aide Sociale à l’Enfance. 

  

Les deux premiers mois de son existence, Alan vit avec ses deux parents. Jusqu’à huit mois il 

se retrouve avec sa mère dans un foyer maternel où s’est réfugiée sa mère pour fuir les 

violences de son père. Les travailleurs sociaux relèvent la présence de violence de la mère sur 

son fils. De huit mois à un an, il vit seul avec sa mère dans un appartement. A l’âge de deux 

ans, tandis que la mère rompt sa collaboration avec les travailleurs sociaux, il est constaté 

l’apparition de comportements violents chez Alan dans le même temps qu’il lui est prodigué un 

câlin, il griffe et égratigne le cou.  

  

A l’âge de trois ans, Alan est placé en famille d’accueil tandis que se déclare un cancer chez la 

mère. Elle apprend alors à son fils que son père n’est pas mort, contrairement aux propos 

qu’elle lui avait tenus jusqu’alors, et désire que la famille d’accueil adopte son fils à sa 

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 3 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

disparition qui survient quelques mois plus tard. Mais très vite, il est établi une maltraitance 

de la famille d’accueil sur Alan. La seconde famille d’accueil divorce. La troisième porte des 

coups sur Alan et le mari est suspecté d’agressions sexuelles.  

  

A l’âge de sept ans, alors qu’il est placé dans une nouvelle famille d’accueil, il est orienté dans 

un Institut de Rééducation Pédagogique. Il y demeurera jusqu’à ses onze ans, où à la suite 

d’une crise d’agitation, il sera hospitalisé d’abord en psychiatrie adulte, puis dans un service 

de pédiatrie, et enfin dans notre service. 

  

A son arrivée, le tableau symptomatologique est des plus préoccupant. L’angoisse, l’agressivité 

et la colère de Alan s’expriment par des coups violents portés sur les soignants, hommes et 

femmes. 

  

Il bouscule et malmène volontiers les enfants plus jeunes ou les personnes fragiles. Lorsqu’il 

frappe, il prend un regard noir que nous avons pris l’habitude de qualifier comme un regard de 

loup. Son maintien psychomoteur se décompose, donnant l’impression d’un démantèlement, les 

épaules montées, la tête baissée, tel un rugbyman, car il est d’une morphologie imposante, qui 

aurait perdu toute consistance. 

  

Il est très collé aux adultes, et présente toujours le besoin d’être touché, ou de toucher lui- 

même : il touche les seins des infirmières surtout lorsqu’elles sont décolletées. Il ne supporte 

pas que quelqu’un soit dans son dos. 

  

Il recherche l’exclusivité de la relation duelle, vampirise l’attention et les affects du 

soignant, monopolise et contrôle ce qui est fait et dit. Lorsqu’il y a plusieurs soignants, Dylan 

opère d’emblée un clivage entre le bon soignant qu’il idéalise, et le mauvais auquel il voue une 

haine destructrice.  

  

Il parle sans arrêt, persévère, pose des questions, souvent les mêmes, trahissant une 

angoisse envahissante. Il ne supporte absolument pas d’attendre avant qu’on ne lui réponde, 

pas plus que les temps libres entre deux activités, tandis qu’il doit se retrouver seul avec lui- 

même : le vide le terrifie. 

  

D’une façon générale, ses capacités de tolérance à la frustration sont très faibles. 

  

  

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 4 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

2- Les dispositifs de prise en charge : endiguer la répétition des ruptures abandonniques ; 

supporter l’attaque systématique des liens ; injecter et restaurer l’appareil à penser les 

pensées. 

  

D’emblée, il nous apparaît que le tableau présenté par Alan évoque un ancrage dans la position 

schizo-paranoïde et ses mécanismes de défenses spécifiques tels le clivage et le recours à 

l’identification projective si minutieusement décrits par Mélanie Klein. Pour autant il nous 

semble possible d’y isoler également le travail plus silencieux de l’identification adhésive 

postulée par Esther Bick, et magistralement articulée dans les développements théorico- 

cliniques de Geneviève Haag.  

  

En ce début de prise en charge, Alan oscille ainsi de manière frappante entre 

bidimensionnelle, caractérisée par la recherche de contacts sensuels avec les surfaces 

(CICCONE Albert & LHOPITAL Marc, Naissance à la vie psychique. Modalité du lien précoce 

à l'objet au regard de la psychanalyse, Paris, Bordas-Dunod, 1994), une relation au temps 

essentiellement circulaire (éléments d’immuabilité), et tridimensionnalité (Donald Meltzer) où 

le temps et l’espace deviennent discernables, les espaces internes du Moi et de l’objet se 

différencient, tandis qu’apparaissent les premiers produits de l’appareil à penser les pensées 

(Bion), racines de l’émergence d’une instance tierce à même de médiatiser l’immédiateté de la 

chose en soi (éléments ). Nulle trace cependant du moindre signe d’une position dépressive : 

les conflits en présence demeurent largement préœdipiens. 

  

C’est selon ce référentiel, munis de cette boussole qu’émergent nos premières hypothèses de 

travail puis l’ébauche de notre prise en charge. 

  

 a) Reconstruction du complexe familial. 

  

 Nous écartons d’abord un premier projet médical qui consistait à transférer l’enfant vers un 

lieu de vie éloigné de 400 Kms de sa famille, et privilégions, en accord avec le service de 

l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), le retissage des liens familiaux.   

  

Nous mettons en place une prise en charge à l’Hôpital de Jour et un Accueil Familial 

Thérapeutique (AFT) pour soutenir le nouveau placement de l’ASE. Ainsi le projet est 

coordonné entre les deux institutions : Aide Sociale à l’Enfance et Pédopsychiatrie. 

  

Nous oeuvrons de concert afin de reconstruire avec l’enfant son histoire et celle de ses 

parents :  

- Du côté paternel, par des rencontres avec le père en accord avec le service de psychiatrie 

adulte qui le soigne, et par des rencontres avec les grands-parents paternels. Le père nous 

apprenant qu’il ne voit plus sa famille depuis plusieurs années, nous l’incitons à reprendre 

contact avec sa mère, son beau-père, ses frères et sœurs, ce qui enrichit nos points d’appui 

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 5 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

familiaux car les frères du père sont des personnalités très solides et ont  des professions 

respectables.  

- Du côté maternel, nous rencontrons la grand-mère tous les 15 jours avec l’enfant pour 

reparler ensemble de l’évolution de Alan en profitant de relations chaleureuses, tout en 

évitant de la laisser dénigrer les parents de l’enfant. Cette grand-mère apporte des photos 

de sa fille et des objets qu’elle a aimés. 

  

Nous mettons en place peu à peu, un filet qui va contenir les éléments éparpillés d’histoire de 

l’enfant, de liens affectifs positifs ou négatifs pour les mettre en liens, les mettre en sens. 

  

Nous rencontrons dans cette perspective les oncles paternels de l’enfant qui refusent tout 

d’abord puis, comprenant le sens de notre démarche, acceptent de rencontrer l’enfant avec 

nous en amenant une petite cousine. 

Des rencontres sont également organisées chez la grand-mère paternelle que l’enfant n’a pas 

vue depuis 5 ans. Des visites sont organisées chez la famille d’accueil qui a élevé le père et qui 

transmettent à l’enfant les souvenirs d’enfance du père et des photos. 

Il découvre peu à peu des personnes qu’il ne connaissait pas ayant un lien, soit familial, soit 

affectif avec lui, sur lesquels il peut s’appuyer pour se construire dans un sens non négatif. 

  

Les troubles du comportement qui ont nécessité son hospitalisation persistent dans les lieux 

hospitaliers. L’enfant est maintenu en Hôpital de Jour, 4 fois par semaine et dans ses 

moments d’hospitalisation de jour, il peut se montrer violent, dangereux. Il agresse à 

plusieurs reprises des soignants infirmiers, éducateurs ou médecins. 

Pour soutenir l’équipe soignante, les temps de réunion de synthèse et le travail régulier et 

assidu des reprises des groupes thérapeutiques de l’hôpital de jour avec la psychiatre et le 

psychologue s’avèrent incontournables et décisifs, que ce soit pour désintoxiquer les résidus 

d’éléments  générés dans la relation à Alan ou que ce soit pour mobiliser leur appétit de 

savoir (mise en branle de la fonction )ou leur capacité de reverie, dans la résolution de 

nouveaux problèmes émergeant dans sa prise en charge. 

  

L’accueil familial thérapeutique 

Pour contenir la violence de l’enfant, nous nous coordonnons avec l’Aide Sociale à l’Enfance 

pour organiser la prise en charge de Alan dans la famille ASE d’une part et les 3jours par 

semaine en famille d’accueil thérapeutique d’autre part. 

Nous utilisons notre dispositif habituel de fonctionnement de la structure AFT en mettant la 

famille d’accueil ASE à la place habituelle de la famille naturelle de l’enfant tout en ajoutant 

le retissage des liens avec la famille naturelle. 

Ce dispositif consiste en visites à domicile régulières dans les deux familles par un binôme 

infirmier différent dans chaque famille et des étayages à l’école ou dans d’autres lieux de vie 

ou d’accueil de l’enfant. C’est la mise en commun des éléments recueillis lors de ces 

rencontres au cours de la réunion hebdomadaire d’une durée de trois heures de toute l’équipe 

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 6 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

d’AFT qui nous semble être le moment le plus important de notre dispositif. L’équipe d’AFT 

comporte 10 soignants, un cadre de santé un médecin psychiatre. A ce personnel travaillant à 

temps partiel (environ deux demi-journées par semaine) s’ajoutent ponctuellement à la 

réunion hebdomadaire les soignants ayant l’enfant en psychothérapie, en soin à l’hôpital de 

jour ou en groupe au CMP 

Nous attribuons les effets de restauration psychique des enfants bénéficiant de cette 

structure, d’une part aux possibilités d’identification croisées offertes par les rythmes 

d’aller et retour dans l’une et l’autre famille, d’autre part à la reconstitution d’une enveloppe 

psychique contenante solidifiée . Cette reconstitution se ferait, selon nous, grâce à la 

superposition  complémentaire et non contradictoire des enveloppes groupales offertes par 

chacune des deux familles auxquelles s’ajoutent l’enveloppe groupale scolaire lorsque nous 

avons réussi une intégration, puis s’ajoutent encore le travail des équipes de soins des 

hôpitaux de jour ou des CMP et enfin celui essentiel de la grande réunion hebdomadaire 

Cette réunion qui analyse les interactions de ces différents lieux et réajuste en permanence 

le dispositif en fonction des nécessités dictées par tous les mini évènements rapportés en 

réunion. 

Les différentes enveloppes psychiques vont servir de contenant pour les évènements 

corporels et psychiques de l’enfant, effectuant le tri des éléments négatifs et positifs et 

l’aidant à s’appuyer sur ces enveloppes contenantes puis à s’approprier ce contenant dans son 

propre psychisme. Nous verrons de manière magistrale Alan s’approprier progressivement la 

fonction contenante de la superposition complémentaire des différentes enveloppes qui lui 

sont offertes. 

Les visites à domicile dans les deux familles ont lieu en règle générale deux fois par mois, 

mais dans le cas de Alan nous avons augmenté ces visites au rythme hebdomadaire en y 

ajoutant des appels téléphoniques quotidiens dans les moments plus difficiles. 

Une règle de fonctionnement essentielle dans notre dispositif, est l’absence de contact entre 

les deux familles. Dans le cas de Alan la règle s’est appliquée aux deux familles d’accueil ainsi 

qu’à la famille naturelle. La grand-mère maternelle avait lors des placements ASE antérieurs 

utilisé largement son droit à contacter la famille d’accueil et ces échanges avaient fragilisés 

les compétences d’accueil de la famille. La grand –mère de Alan se rebelle tout d’abord contre 

notre règle de fonctionnement qui la surprend puis au fil des mois constate le confort que ce 

fonctionnement permet dans ses relations avec son petit-fils. 

Cette règle permet à l’enfant d’utiliser les apports de chaque famille sans être influencé par 

les jugements de l’une sur l’autre liés à leur rivalité et nous évitons par ailleurs l’alliance des 

deux familles contre l’enfant en ce qui concerne les symptômes difficiles à supporter. Ainsi la 

famille d’accueil puise dans sa propre énergie et ses propres expériences ainsi que dans le 

soutien que nous lui apportons et non sur l’expérience de la famille naturelle ou de l’autre 

famille d’accueil pour supporter les moments difficiles. 

Etonnement, Alan bénéficiant de deux accueils différents dans la semaine se révèle non 

violent dans l’une et l’autre famille. Il tente cependant de les mettre en rivalité l’une contre 

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 7 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

l’autre. Notre règle de fonctionnement permet de surmonter cette rivalité qui aurait pu être 

destructrice. 

Nous comprenons que l’enfant, outre les traumatismes, a été prisonnier des discours toxiques 

véhiculés sur lui, et sur ses parents. La grand-mère, très affectueuse avec l’enfant parle de 

sa mère (sa fille adoptive), en termes assez péjoratifs et critique sans retenue le père qu’elle 

n’a jamais accepté.  

En évitant les contacts de la grand-mère auprès des deux familles d’accueil et des deux 

familles d’accueil entre elles nous évitons que ces deux familles ne soient envahies par ces 

représentations négatives et les laissons développer leurs propres stratégies tout en les 

étayant dans leurs difficultés.  

  

Le travail de l’équipe de soins se situe essentiellement dans le soutien apporté à la rencontre 

de tous ces points d’appui et de ces parcelles d’enveloppes psychiques comblant les trous 

laissés par les arrachages répétés et  les maltraitances. 

  

Pour Alan outre les visites à domicile faites dans les deux familles d’accueil, des rencontres 

hebdomadaires sont organisées avec le père dans le cadre de la musicothérapie, des 

rencontres bi-mensuelles avec la grand-mère maternelle, des rencontres avec la grand-mère 

paternelle plusieurs fois par an, avec les oncles paternels une fois par an . 

  

Ce tissage permet de parler avec l’enfant et de lui permettre de reconstruire son roman 

familial avec tous ses éléments nouveaux dont beaucoup d’éléments positifs. Ce nouveau 

roman va prendre une place importante et va combler les trous. 

Nous allons relater quelques moments clés de ce montage fragile qui s’est révélé un succès 

thérapeutique : 

L’AFT chez Mr et Mme L mis en place pour soutenir et compléter le placement en famille ASE 

dure deux années exactement et débute quelques semaines avant le placement ASE chez Mr 

et Mme B. 

Lors des premières semaines M. et Mme L. exigent de Alan qu’il dise « bonjour » »au revoir» 

« merci » ce qu’il accepte, mais il préserve son intimité en ne montrant pas la photo de sa 

mère, sa trousse offerte par la grand-mère etc. Lorsque Alan s’énerve, Mm L. reste ferme et 

maintient le cadre. 

 Alan n’agresse pas la famille d’accueil alors qu’il frappe dans la journée des enfants ou des 

soignants de l’hôpital de jour. 

Alan commence à critiquer la famille L. deux semaines après son arrivée chez les B. mais 

n’obtenant pas la déstabilisation du projet qu’il a connue lorsqu’il était jeune, il cesse ses 

critiques mais les reprendra contre l’une ou l’autre famille de temps à autre. On décèle dans 

ses critiques une tentative de manipulation et des éléments de perversité. Parallèlement, il 

exprime beaucoup de douleurs somatiques. 

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 8 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

Pour exprimer sa colère en famille d’accueil, Alan s’attaque aux objets : il abîme la voiture de 

la famille L., détruit des plantes dans la famille B, détruit des plantes également chez des 

amis de la famille B. 

Les deux familles essayent d’inculquer à Alan des mesures d’hygiène et nous soutenons ce 

travail à l’hôpital de jour. 

Dès le premier mois chez les deux familles, les rencontres en famille naturelle et les séances 

de musicothérapie avec son père sont organisées et les effets de cette reconstruction sont 

observés dans les deux familles d’accueil. 

Pour le premier Noël de cette période, Alan demande à rester chez les B. 

Une réflexion concernant les destructions matérielles de Alan nous mène à décider de lui 

demander sa participation financière à l’indemnisation. 

Le traitement neuroleptique très important qui a été prescrit avant l’arrivée de Alan est un 

élément de discussion car il ne diminue pas vraiment le risque de violence ; Il aggrave par 

contre le comportement boulimique et le surpoids qui menace de devenir de l’obésité. Chaque 

tentative de diminution entraîne des réactions de protestation des personnes qui craignent sa 

violence. Ce problème est la cause d’une perte de confiance d’une partie de l’équipe infirmière 

qui porte plainte contre le médecin auprès de son syndicat. 

C’est en maintenant coûte que coûte la diminution très progressive qu’on réussira en 18 mois à 

changer ce traitement. 

La réintégration scolaire est un difficile projet soutenu par tous les partenaires. Nous 

réussissons à envoyer Alan à l’école une heure par jour en classe de CM1 où se révèle son 

incapacité à l’effort. La fierté qu’il ressent d’être à nouveau un élève, l’aide à se contenir 

pendant une heure et à effectuer le travail que lui demande sa maîtresse. 

Pendant les vacances scolaires, le cahier de travail scolaire permet un maintien de l’effort 

intellectuel de Alan dans ses trois lieux(l’hôpital de jour et les deux familles d’accueil) 

L’année scolaire suivante est beaucoup plus compliquée à organiser puisque Alan a atteint l’âge 

du collège ! Il est orienté en Segpa mais l’intégration partielle au collège se révèle très 

difficile avec des exclusions répétées et peu de progression dans le comportement car Alan 

est confronté à la violence des autres élèves et a du mal à contenir la sienne. 

Les deux familles d’accueil soutiennent les déconvenues et comblent les temps d’exclusion et 

un étayage au cours des récréations est organisé avec la participation des soignants de 

l’hôpital de jour. 

Au cours des huit premiers mois chez les B., éclatent des crises toujours en lien avec 

l’agressivité de Alan envers les objets parfois envers les personnes. Ces crises entraînent des 

synthèses avec les responsables de l’ASE. Le soutien que nous apportons à la famille B. (de 

l’ASE )et l’augmentation des temps d’accueil dans la famille L( de notre structure) 

permettent à chaque fois de surmonter les crises. 

Alan participe progressivement aux petits travaux dans l’une et l’autre famille et en est fier. 

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 9 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

Peu à peu Alan peut renoncer à ses attitudes toutes puissantes, parler de sa tristesse d’avoir 

perdu sa mère. Après un an et demi, il pleure au lieu de recourir à la violence. 

A l’âge de 13 ans, la rentrée scolaire est toujours un problème et l’intégration se fait 

difficilement mais Alan peut s’exprimer de manière très élaborée, il n’a plus de 

comportements dangereux, il a le soutien continue de sa famille naturelle et nous arrêtons 

l’AFT. Alan reste uniquement chez les B. 

  

  

b) Rencontres avec le père réel et sollicitation de la fonction paternelle symbolique. 

Un espace thérapeutique père-fils est mis en place sous forme d’un atelier de 

musicothérapie, une fois tous les quinze jours, et encadré par une infirmière de l’hôpital de 

jour et un musicothérapeute. Trois moments peuvent être retenus afin de décrire la manière 

dont Alan s’est peu à peu réapproprié son père réel et quelques bribes de la fonction 

paternelle symbolique dans un tel bain musical. 

D’abord, il doit être recadré et sécurisé constamment : il recherche le contact 

physique avec son père, souvent avec insulte et violence. Il lui écrase les pieds, lui tire les 

cheveux, les oreilles. Le père, en grande quête affective, cherche fréquemment à 

l’embrasser, mais ne peut répondre à ses attaques. D’une manière générale, il devient 

toujours plus insultant vis à vis de son père, et lui reproche d’avoir tué sa mère (discours tenu 

par la grand-mère maternelle), de ne pas l’avoir aimé petit enfant. Le père reste sans 

réaction. Ces épisodes conduisent à un resserrage strict du cadre. Les séances sont 

interrompues dès qu’il y a violence, et les interdits sont nommés face à son père.  

Toutefois, le travail de retissage de liens fait avec la famille paternelle et la famille 

d’accueil où était placé son père, commence à porter ses fruits. Les rencontres de Alan avec 

ces personnes permettent de modifier l’image de fou qu’il porte sur son père. Son père lui 

même semble tirer bénéfice de la prise en charge : sa dernière hospitalisation remonte à plus 

d’un an alors qu’il était hospitalisé à sa demande environ toutes les six semaines jusqu’alors. 

Une bascule s’opère et inaugure le deuxième moment de la prise en charge : un certain 

respect s’actualise entre le père et le fils autour du piano. C’est alors que Alan nomme pour la 

première fois son père « papa ». De la même manière et toujours pour la première fois, le 

père exprime son opposition à son fils quelques séances suivantes, lorsque Alan demande à 

rester seul avec lui. Le départ est alors mouvementé : Alan se jette dans les bras de son 

père, pleurant à chaudes larmes, et le supplie de le garder avec lui. Il s’ensuit une série 

d’échange de cadeaux (montre, bague, argent placé sur un compte par le père pour Alan) et 

une demande reconnaissance du père qui propose à son fils de se faire baptiser (inscription 

dans une filiation). 

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 10 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

Le troisième temps est alors le parfait envers du premier. Alan répète les contacts 

physiques avec son père, mais avec mesure, sans exubérance ni intrusion. Il s’allonge sur ses 

genoux, se laisse tomber sollicitant son père pour qu’il le soutienne et le rattrape. Le père se 

prête sans difficultés à ce rapprochement. Alan dit au revoir à son père avec tendresse. 

Désormais, les rencontres du père et du fils n’auront plus lieu seulement dans le cadre 

thérapeutique de la musicothérapie, mais aussi autour de repas ou de sorties à partir de 

l’hôpital de jour. 

c) Psychothérapie : mobilisation de suppléances à la fonction paternelle.  

Relevant l’intérêt que Alan manifeste pour comprendre son histoire, à élaborer des 

éléments de pensées et à les mettre en lien, nous décidons de lui proposer une 

psychothérapie avec le psychologue. Une règle lui est posée au principe de ce nouveau 

dispositif thérapeutique : le seul acte autorisé dans cet espace est l’acte de dire.  

Cette règle sera respectée… mais au bout d’une dizaine de séances. Les premières 

rencontres prennent la forme des psychothérapie kleiniennes, durant lesquelles Alan se livre 

à une œuvre de destruction : il ouvre systématiquement les fenêtres avec violence et fracas ; 

il envoie valdinguer le mobilier de la salle de séance, touchant comme sans faire exprès mes 

jambes, mes pieds, venant se blottir sur mes genoux avec la volonté d’entrer dans mon corps ; 

il demande régulièrement à fixer mon regard en tête à tête, silencieusement, sans aucun 

geste, et de rester ainsi aussi longtemps que possible ; il m’assène des gifles magistrales, 

propose régulièrement de se livrer à des bras de fer ou des jeux de barbichette. 

Dès les premières séances, il lâche : « Je veux que ma mère ressuscite et vivre 

éternellement avec elle… Je veux que mon père meure, il a fait des choses ignobles, il m’a 

battu et il a battu ma mère ». Plus tard il reprend : « Mon père a des yeux verts de vipère, 

parfois il fait peur ». 

En venant à une séance, il hurle de toutes ses forces, s’approche de mon oreille et me 

tympanise. Il parle fort, « c’est pour marquer son territoire », précise-t’il. Il refuse 

l’interruption de séance, me colle et me serre tandis que je le raccompagne à l’hôpital de 

jour : subrepticement il me donne un coup dans les parties génitales. 

La séance suivante et pour la première fois, Alan est détendu, mais aussi soucieux. Il 

me demande de lui trouver l’idée d’un métier : je l’invite à y réfléchir aussi. Détective privé, 

décidera-t-il. 

7ème congrès du GREPFA France, Les Sables d’Olonne (15-16 juin 2006) 11 

Dr M. REVEILLAUD, F. GUYOD, J. MAHE, J. MAZOUIN, JL. MUTSCHLER 

LAFT séquentiel pour soutenir le placement famlial de lASE dans la prise en charge dun enfant violent : 

reconstruction des liens affectifs 

Et les investigations démarrent. Alan ne cherchera plus à m’agresser, envahir mon 

corps ou détruire la salle de séance. Désormais, il redouble d’efforts : 

1) pour endiguer et transposer sur le plan des pensées la délocalisation des jouissances 

de corps qui le traverse sur un mode hypocondriaque (« je ressens des choses dans mon corps 

que tu ne peux pas comprendre ». Il poursuit : « Des fois j’ai mal dans tout le corps et je me 

sens lourd. J’ai mal à la tête mais c’est pas comme quand j’ai de la fièvre (il me désigne l’arête 

sur le sommet du crâne), j’ai mal partout, dans les genoux, dans tout le corps »);  

2) pour donner sens au vécu paranoïde qui l’assaille, en empruntant à diverses sources 

de quoi le métaphoriser (paléontologie, films (« Mars attack », « E.T. », « Stars War »), 

ouvrages pour enfants (« Il y a un cauchemar dans mon placard »), religion …). Il exige que 

j’écrive scrupuleusement le détail de ses chiffrages ; 

3) et pour palier enfin la signification phallique qui lui fait défaut. 

Voilà où en est Alan dans sa psychothérapie, avec une extension croissante de sa 

capacité à penser les pensées. C’est en effet le problème relatif à la fonction paternelle qui 

le préoccupe en ce moment, mais fait nouveau et d’importance, il cherche à présent à 

construire un moyen pour se pacifier la haine vengeresse du père qui désirait sa perte ou sa 

mort. 


grepfaaxeblarochesuryon2006.pdf(195,63 ko) Téléchargé 219 fois Télécharger Hyperlien  

Journée AFT Enfant dans l'Essonne - 16/4/2019

En France 70.000 enfants bénéficient d’un des dispositifs d’Accueil Familial. Développé en pédopsychiatrie depuis plus de 50 ans, la déclinaison thérapeutique de cette pratique - dont bénéficient près de 1.000 enfants - a été conçue pour soigner des troubles précoces et sévères de la relation enfant-parents et leurs conséquences. 

Dans l’Essonne, les dispositifs de l’UAFT (Unités d’accueil familial thérapeutique d’Etampes, de Savigny-sur-Orge, de Ste Geneviève-des-Bois, …), déployés dans les secteurs de pédopsychiatrie, ont acquis une expérience clinique spécifique.

Le 16 avril prochain, à l’EPS Barthélémy Durand Etampes (cf affiche), seront exposés les aspects cliniques et théoriques de ces pratiques de soin, des chercheurs présenteront leurs études, et les patients, parents et familles d’accueil témoigneront de leur expérience. Des outils pédagogiques innovants montreront la complexité des situations rencontrées. Pour prolonger les moments d’échanges lors de la pause déjeuner, les organisateurs offriront un buffet.

Nous espérons que vous viendrez nombreux à cette Journée d’étude interprofessionnelle qui associera les acteurs des  champs sanitaire (pédopsychiatrie et psychiatrie adultes), médico-social, protection de l’enfance, justice des mineurs, éducation nationale, associations …

Le Programme détaillé de la Journée sera diffusé prochainement.

Cette Journée entre dans le cadre de la Formation continue et elle est gratuite.

Pour l’INSCRIPTION : contacter laure.boyer@eps-etampes.fr  :

INSCRIVEZ VOUS

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

ASSOCIATION
REGIE PAR
LA LOI DU 1er Juillet 1901
-

Statuts déposés le 23/01/1992 
-


N° de Formation Continue : 1175 25 55 675 
N° SIRET : 41420497400029 – CODE APE : 913

OGDPC: n° d'enregistrement organisme: 2775

 

Document généré en 0.27 seconde