PRESENTATION
ACTES CONGRES
TEXTE SUR L'ACCUEIL FAMILIAL

​Cette rubrique regroupe des textes, articles, travaux de recherche... rédigés par des personnes impliquées dans l'accueil familial, social ou thérapeutique, en France ou ailleurs.

CALENDRIER
VISITES

 71647 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Congrès Paris 2018

Actes des 13èmes Journées de Formation du GREPFA France

CLIQUER dans Actes des Congrès (à gauche ;)) sur Congrès 2018 à Paris

qui se sont tenues les Jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018 à Paris

Téléchargements

Si le lien ne fonctionne pas, contactez le webmestre pour l'en informer.

Fermer  Congrès 2003 à ANNECY

6ème congrès du GREPFA France, Annecy (15-16 mai 2003) 1 

P. Perrot. SAFT et SISMLA en Loire-Atlantique 

Pascal PERROT 

Psychologue, SISMLA, Nantes 

S.A.F.T. et S.I.S.M.L.A. en Loire-Atlantique 

1. Historique 

A - Etat des lieux 

 

 Accueil familial thérapeutique adultes 

Il existait avant la création du SJ.S.M.L.A, 3 entités d'accueil adultes distinctes : 

 

 2 dépendantes de services publics hospitaliers : 

• 1 sous la direction du centre hospitalier spécialisé de Blain au Nord du 

département pour une capacité de 14 places. 

• 1 sous la direction du centre hospitalier régional de Nantes de même 

capacité. 

 

 1 purement associative mais à fonds publics appelée "association CONTADOUR" d'une 

capacité de 80 places et dirigée depuis sa création par le Dr SANS bien connu dans le 

monde de l'accueil familial. 

Il est à noter que cette association avait d'autres activités telles que l'accueil spécialisé pour 

adolescents et la gérance de tutelles mais nous y reviendrons. 

 

 Accueil familial thérapeutique enfants 

Il existe à cette époque 2 unités d'accueil familial thérapeutique enfants sur le département 

toutes deux attachées à des secteurs de pédopsychiatrie d'hôpitaux publics : 

 

 1 d'une capacité de 12 places dirigée par ie centre hospitalier de St Nazaire 

 

 1 d'une capacité de 10 places diriges par le centre hospitalier spécialisé de Montbert 

au sud du département 

Toutes ces entités avaient des pratiques différentes, des modes de rémunérations des 

familles d'accueil différents, des histoires différentes, ... 

Malgré tout, nous savions déjà à cette époque qu'il était important, voire indispensable de se 

rencontrer, de mettre en commun ce qui pouvait l'être, de réfléchir ensemble à nos pratiques, 

sous peine de se voir rapidement isolé, dépassé et disparaître. 

Ceci fut fait par la participation à des congrès comme celui du G.R.E.P.F.A. ou par des 

rencontres régulières comme celles des accueils familiaux enfants du grand ouest. 

6ème congrès du GREPFA France, Annecy (15-16 mai 2003) 2 

P. Perrot. SAFT et SISMLA en Loire-Atlantique 

Mais de là à se voir réunis sous la même bannière d'un syndicat inter-hospitalier qui allait 

devenir un établissement public de santé à part entière, il y avait bien loin... 

 

B- Mise en place du syndicat inter-hospitalier 

Né d'une décision politique tout à fait louable, celle de redéfinir la carte sanitaire de 

l'hexagone pour plus de cohérence en vue d'un meilleur service aux usagers et d'économies 

substantielles, les agences régionales de l'hospitalisation créées en 1996 furent bien souvent 

accueillies avec froideur (au mieux) par les professionnels qui voyaient poindre à l'horizon : 

restructuration, mutualisation, fermetures, abolition de la sectorisation en psychiatrie. 

En bref, le diable allait rentrer dans notre maison ! 

C'est dans ce contexte que l'histoire du syndicat en santé mentale de Loire-Atlantique allait 

commencer. 

Les premiers contacts entre le personnel et le directeur de l'agence régionale de 

l'hospitalisation furent explosifs. Notamment au niveau du centre hospitalier spécialisé de 

Montbert. 

Dès que furent rendus publics les projets de rapprochement du CHS de Montbert de la 

couronne nantaise et de l’entrée du service d’hospitalisation complète et de l'accueil familial 

enfants dans le syndicat inter-hospitalier, le personnel non médical fit grève et séquestra le 

directeur de l’A.R.H., persuadé que cette décision sonnait le glas de l’établissement, et les 

médecins crièrent à la trahison et au démantèlement de la pratique sectorielle en psychiatrie. 

Mais le processus était sur rails. Déjà la direction de l’activité « Accueil Familial Adultes » de 

l'association CONTADOUR avait été confiée par l’A.R.H. à Mme JOUANNIS, directrice du 

C.H.S. de Montbert. 

Des tracatations entre les établissements fondateurs (pour mémoire le C.H.U. de Nantes, le 

C.H. de St Nazaire, les C.H.S. de Blain et Montbert) avaient lieu pour déterminer la 

participation de chacun à la corbeille des mariés : pour qui des locaux, pour d'autres du 

personnel ou d’autres l’organisation administrative et matérielle. 

Ce fut une bonne grosse bagarre d'intérêt financier comme il se doit, ou les équipes de base 

et les familles d'accueil (concertées et informées malgré tout) souffrirent pendant pas mal 

de temps. 

2. La construction du S.I.S.M.L.A. 

A- Période transitoire difficile 

Le syndicat inter-hospitalier en santé mentale de Loire-Atlantique a officiellement été créé 

le 29 Octobre 1999 pour une entrée effective en activité le 1er Février 2000. 

6ème congrès du GREPFA France, Annecy (15-16 mai 2003) 3 

P. Perrot. SAFT et SISMLA en Loire-Atlantique 

Ce syndicat est autorisé à exercer les missions d'un établissement de santé et a la vocation à 

assurer la coordination départementale de certaines activités de soin. Il a une fonction 

logistique qui doit principalement promouvoir un rôle d'expertise en santé mentale et 

optimiser les modes de prise en charge à un échelon départemental. Il a également une 

fonction politique dans ce qui est la promotion des actions de coopération entre les différents 

acteurs départementaux. 

Le S.I.S.M.L.A. n'est pas à ce moment-là, un établissement public de santé puisqu'il n'est pas 

habilité à gérer lits et place, mais il est doté des mêmes instances légales propres : un conseil 

d'administration, un comité technique d'établissement, une commission médicale 

d'établissement. Il est également doté d'un conseil des familles d'accueil, celles-ci n'ayant 

aucune autre représentation officielle étant encore employées sous contrat de droit privé. 

Pour signifier les liens toujours existant, il existe également un conseil de direction des 

établissements fondateurs. 

Cette période fut particulièrement difficile pour les équipes. Je vais vous en énumérer les 

principales raisons, mais j'ai choisi de vous présenter l'exemple et le vécu du personnel de 

l'unité que je connais le mieux : l'unité d'accueil familial enfants Sud Loire. 

 

 Au niveau du quota de personnel 

Toutes les équipes eurent à subir une compression de leur personnel ; peut-être à un moindre 

niveau l'ex-association CONTADOUR dont la majorité de l'activité était l'accueil familial. 

Malgré tout, l'activité tutelle et accueil adolescents étant restée associative, un "partage" du 

personnel administratif avait été effectué pas obligatoirement à l'avantage de l'accueil 

familial adultes. 

Pour les unités hospitalières d'accueil créées au niveau de services de psychiatrie, c'était une 

autre histoire. Elles n'avaient fait l'objet de peu de créations de postes (à part les postes 

d'assistantes maternelles et familles d'accueil) et partageaient des petits bouts de temps de 

divers professionnels travaillant sur d'autres unités plus conséquentes, au gré des 

disponibilités. 

Tous ces temps estimés (à la louche) de moins de 50 % ne furent pas comptabilisés. 

Voici l'exemple de l'accueil familial thérapeutique du C.H.S. de Montbert. 

C'est une unité de 10 places pour laquelle il a été transféré au S.I.S.M.L.A., un temps plein 

d'infirmier, un mi-temps d'éducateur et  quart de temps médical. 

Mais cette unité bénéficiait également : 

D'un temps de chef de service responsable de l'U.F de rattachement de 1 à 4 heures, 

D'environ 6 heures de secrétariat (bien peu quantifiables car la secrétaire prenait 

tous les messages), 

D'environ 6 heures d'assistante sociale, 

D'environ 6 heures de psychologue et d'autant de cadre infirmier. 

 

 Au niveau du vécu des équipes 

6ème congrès du GREPFA France, Annecy (15-16 mai 2003) 4 

P. Perrot. SAFT et SISMLA en Loire-Atlantique 

Toutes ces équipes se sentirent souvent abandonnées, parfois malmenées et maltraitées ; les 

familles d'accueil s'inquiétèrent elles aussi de la déliquescence des équipes, du flou 

administratif et fantasmèrent sur la fermeture éventuelle des services. 

Voici l'exemple de notre unité. 

Notre désormais ex-médecin chef décida aussitôt que les employés ayant ces petits temps 

non reconnus n'avaient plus à assurer leur service auprès de l'accueil familial (heureusement 

la secrétaire s'autorisa à prendre nos messages et à taper quelques courriers) mais n'ayant 

pas de points de chute, nous étions toujours hébergés dans le même C,M.P. 

Je ferais maintenant le seul aparté clinico-institutionnel de cette intervention. 

Nous étions hébergés par une famille, contrainte et forcée puisqu'elle voulait nous 

abandonner. 

Nous savions qu'une famille d'accueil nous attendait mais elle ne pouvait pas encore nous 

recevoir : elle n'avait pas tout à fait son agrément et les travaux de notre chambre n'étaient 

pas finis ! 

Voici là le premier point positif de cette expérience : nous avons pu personnellement 

expérimenter le vécu douloureux de l'enfant abandonné en quête d'une famille d'accueil ! 

Deuxième point positif : nous pouvons maintenant analyser les relations difficiles de cette 

famille en rupture et les mécanismes de renforcement des défenses de chaque membre et 

l'escalade symétrique du conflit. 

Je dis "maintenant" car nous étions à cette époque acteurs extrêmement actifs dans le 

renforcement et l'escalade, incapables de prendre le recul nécessaire et surtout n'ayant pas 

sous la main le thérapeute familio-institutionnel compétent. 

3. La phase de construction 

Il est clair que nous avons essuyé les plâtres d'une nouvelle organisation. Maintenant, nous 

enfants abandonnés, nous devions participer à la construction d'une nouvelle famille. 

Une petite famille pour le moment où nous étions et devions être moteurs. En bref où nous 

avions tout à gagner dans la participation active pour la prospérité des activités auxquelles 

nous croyons. 

Ainsi, tous les acteurs se sont investis dans les grands projets initiés par la secrétaire 

général du S.I.S.M.L.A. ou proposés par les partenaires (syndicats, médecins, équipes 

soignantes...). 

L'approbation de ces actions et la reconnaissance d'utilité publique de nos activités par 

l'A.R.H. est notre récompense même si bien sûr beaucoup reste encore à faire. 

6ème congrès du GREPFA France, Annecy (15-16 mai 2003) 5 

P. Perrot. SAFT et SISMLA en Loire-Atlantique 

 

 Les travaux actuellement réalisés et en cours 

• L'harmonisation du statut et des rémunérations des familles d'accueil 

Il est à noter que l'harmonisation des salaires s'est faite au niveau le plus haut des 

différentes unités. 

• L'harmonisation des statuts et des rémunérations des assistantes maternelles 

L'harmonisation des statuts s'est faite ici autour des textes gérant l'activité des assistantes 

maternelles. Quant aux rémunérations l'objectif était d'atteindre le niveau du salaire de 

base du conseil général tout en tenant compte des spécificités de notre activité. 

• La recherche de locaux suffisamment spacieux pour recevoir les activités d'accueil adultes 

et enfants dans un souci d'efficacité, d'unité d'équipe. 

• L'élaboration d'un projet d'établissement contenant les éléments cités plus haut, une mise à 

niveau des moyens et des projets peut-être ambitieux mais répondant à une demande certaine 

sur le département. 

Je citerai notamment la création d'une troisième unité d'accueil familial enfants desservant 

le nord du département et la mise en place d'une unité centrale de coordination pour les trois 

unités accueil enfants. 

Ce projet d'établissement fera bien sûr l'objet d'un contrat d'objectifs et de moyens et 

sera soumis aux tutelles : croisons les doigts !!! 

Deux éléments importants : 

- La décision du conseil d'administration de considérer les contrats des familles d'accueil et 

assistantes maternelles de droit public ; 

- La décision des tutelles d'autoriser au S.I.S.M.L.A. la gestion de lits et places. 

Conclusion 

Après avoir traîné les pieds, bataillé, souffert (nous souffrons encore un peu !), nous avons 

accepté l'inévitable. Et ma fois, nous devons admettre que notre petit artisanat, menacé 

parfois de disparition, a sans doute tout à gagner en reconnaissance et en efficacité dans ce 

genre de mutualisation. 


grepfaperrot2003.pdf(101,85 ko) Téléchargé 409 fois Télécharger Hyperlien  

Journée AFT Enfant dans l'Essonne - 16/4/2019

En France 70.000 enfants bénéficient d’un des dispositifs d’Accueil Familial. Développé en pédopsychiatrie depuis plus de 50 ans, la déclinaison thérapeutique de cette pratique - dont bénéficient près de 1.000 enfants - a été conçue pour soigner des troubles précoces et sévères de la relation enfant-parents et leurs conséquences. 

Dans l’Essonne, les dispositifs de l’UAFT (Unités d’accueil familial thérapeutique d’Etampes, de Savigny-sur-Orge, de Ste Geneviève-des-Bois, …), déployés dans les secteurs de pédopsychiatrie, ont acquis une expérience clinique spécifique.

Le 16 avril prochain, à l’EPS Barthélémy Durand Etampes (cf affiche), seront exposés les aspects cliniques et théoriques de ces pratiques de soin, des chercheurs présenteront leurs études, et les patients, parents et familles d’accueil témoigneront de leur expérience. Des outils pédagogiques innovants montreront la complexité des situations rencontrées. Pour prolonger les moments d’échanges lors de la pause déjeuner, les organisateurs offriront un buffet.

Nous espérons que vous viendrez nombreux à cette Journée d’étude interprofessionnelle qui associera les acteurs des  champs sanitaire (pédopsychiatrie et psychiatrie adultes), médico-social, protection de l’enfance, justice des mineurs, éducation nationale, associations …

Le Programme détaillé de la Journée sera diffusé prochainement.

Cette Journée entre dans le cadre de la Formation continue et elle est gratuite.

Pour l’INSCRIPTION : contacter laure.boyer@eps-etampes.fr  :

INSCRIVEZ VOUS

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

ASSOCIATION
REGIE PAR
LA LOI DU 1er Juillet 1901
-

Statuts déposés le 23/01/1992 
-


N° de Formation Continue : 1175 25 55 675 
N° SIRET : 41420497400029 – CODE APE : 913

OGDPC: n° d'enregistrement organisme: 2775

 

Document généré en 0.08 seconde