PRESENTATION
ACTES CONGRES
TEXTE SUR L'ACCUEIL FAMILIAL

​Cette rubrique regroupe des textes, articles, travaux de recherche... rédigés par des personnes impliquées dans l'accueil familial, social ou thérapeutique, en France ou ailleurs.

CALENDRIER
VISITES

 71645 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Congrès Paris 2018

Actes des 13èmes Journées de Formation du GREPFA France

CLIQUER dans Actes des Congrès (à gauche ;)) sur Congrès 2018 à Paris

qui se sont tenues les Jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018 à Paris

Téléchargements

Si le lien ne fonctionne pas, contactez le webmestre pour l'en informer.

Fermer  Congrès 2003 à ANNECY

6ème congrès du GREPFA France, Annecy (15-16 mai 2003)  

INTRODUCTION AU CONGRES D’ANNECY 

Dr Madeleine Bernard 

Psychiatre, Chef de service 

Responsable de l’unité d’ AFT d’Annecy 

L’accueil familial existe à Annecy depuis la mise en place des secteurs de 

psychiatrie en 1975. Les patients hauts savoyards étaient, antérieurement à cette 

date, hospitalisés en Savoie au centre hospitalier spécialisé de Bassens. Ceux qui 

étaient en accueil familial au moment de ce transfert sont restés dans les familles qui 

les accueillaient mais sous la responsabilité de l’hôpital d’Annecy et non plus du CHS 

de la Savoie. Quelques infirmières des unités d’hospitalisation temps plein dont 

dépendaient ces patients assuraient le suivi dans les familles d’accueil. Cette situation 

à perduré jusqu’au début des années 1990 puis avec la publication des textes 

réglementant l’accueil familial, sous l’impulsion de C. Chabert, assistante sociale, et du 

Dr Guy Solier, ce mode de prise en charge s’est un peu mieux organisé ce qui a permis 

l’attribution d’un budget spécifique pour la rémunération des familles et la création de 

temps infirmier, d’assistante sociale et de psychologue. 

Depuis 1997 après avoir structuré le fonctionnement de l’AFT au sein de 

l’ensemble du dispositif de soin psychiatrique du Bassin d’Annecy par l’élaboration d’un 

règlement intérieur, nous nous sommes attachés à améliorer, dans la mesure de nos 

possibilités, les conditions de travail  et de rémunération des familles d’accueil.  

Actuellement nous travaillons avec … accueillants familiaux et   patients sont ainsi 

pris en charge. Notre mode de fonctionnement implique au minimum 4 partenaires, 

parfois 5 : 

  le patient bien sûr 

  son équipe de soin de secteur (1 psychiatre référents et 1 ou plusieurs 

infirmiers référents également) 

  la famille d’accueil 

  l’équipe d’AFT  

  parfois la famille d’origine du patient quand elle existe sur le plan relationnel 

s’entend 

Il nous a, ici ou là, été souligné la complication d’une telle manière de faire. Sans 

minimiser le bien fondé d’une telle objection, cette organisation nous apparaît encore 

6ème congrès du GREPFA France, Annecy (15-16 mai 2003)  

pertinente et féconde dans un projet de soin. Chacun des intervenants de ce 

dispositif y tient une place bien spécifique : 

  à l’équipe de secteur celle d’assurer les soins individualisés du patient. Elle 

rencontre le patient le plus souvent seul, dans les conditions définies dans un petit 

document écrit, rédigé au bout de quelques semaines de placement et nommé 

«contrat personnalisé de placement». Les modalités de ce suivi sont donc 

extrêmement variables, à la carte en quelque sorte et évolutives au cours de la 

prise en charge du patient 

  à la famille d’accueil ce que nous appellerons «l’art d’être une famille» et dont 

nous parlerons demain en atelier, 

  à l’équipe d’AFT l’obligation d’accompagner les familles d’accueil et de garantir 

le respect de l’éthique qui s’impose dans la prise en charge de patients, surtout hors 

du cadre hospitalier. Chaque famille est suivie par 2 infirmières référentes qui 

effectuent au moins une visite mensuelle dans la famille, plus souvent si nécessaire. 

Ces infirmières, particulièrement à l’écoute du fonctionnement familial, requièrent 

éventuellement l’aide du psychologue de notre équipe  

Cette organisation pour compliquée qu’elle soit (et peut-être d’ailleurs à cause de 

cela !) nous paraît de nature à provoquer des «interstices» entre les différents 

partenaires obligés, interstices générateurs de relation, relation potentiellement 

conflictuelle certes mais relation comme matériau de base de notre travail commun. 

Nous avions fait de notre réflexion à ce sujet, l’objet d’une communication au congrès 

de Marseille il y a 2 ans. Au fil des années il nous semble que c’est dans les 

articulations, dans les espaces interrelationnels, là où les échanges ne sont pas 

«grippés» que se joue l’essentiel d’un processus potentiellement thérapeutique. Nous 

appartiendrait-il alors de faire jouer au mieux ces articulations dans la mesure où 

elles existent ? 

En proposant la candidature d’Annecy au bureau national du GREPFA pour le 

congrès de cette année, c’est assez naturellement que s’imposait aussi l’idée 

d’approfondir, à cette occasion, la question du «thérapeutique» A travailler 

régulièrement avec les familles d’accueil on ne peut éviter de se poser la question : 

pourquoi  «ça marche» ? «Ça marche» c'est-à-dire que les patients vont mieux.  

Qu’est ce qui permet qu’un effet thérapeutique advienne ? 

Au cours de ce  congrès à Annecy, la petite équipe que nous sommes avait envie de 

partager ce questionnement avec vous tous, envie aussi de tenter d’en éclairer les 

grands axes. Pour autant, nulle illusion scientiste de notre part car, fondé sur la 

mystérieuse alchimie qu’est la vie familiale, l’accueil familial thérapeutique résistera, 

n’en doutons pas, à nous livrer ses ultimes secrets et personnellement je m’en réjouis. 

Je nous souhaite à tous ici présents, mus par la pulsion épistémophilique, grand plaisir 

à la réflexion, à des échanges de points de vue libres et nourris, grand plaisir à 

l’expression d’idées nouvelles, originales et pourquoi pas dérangeantes. 


grepfabernard2003.pdf(83,72 ko) Téléchargé 393 fois Télécharger Hyperlien  

Journée AFT Enfant dans l'Essonne - 16/4/2019

En France 70.000 enfants bénéficient d’un des dispositifs d’Accueil Familial. Développé en pédopsychiatrie depuis plus de 50 ans, la déclinaison thérapeutique de cette pratique - dont bénéficient près de 1.000 enfants - a été conçue pour soigner des troubles précoces et sévères de la relation enfant-parents et leurs conséquences. 

Dans l’Essonne, les dispositifs de l’UAFT (Unités d’accueil familial thérapeutique d’Etampes, de Savigny-sur-Orge, de Ste Geneviève-des-Bois, …), déployés dans les secteurs de pédopsychiatrie, ont acquis une expérience clinique spécifique.

Le 16 avril prochain, à l’EPS Barthélémy Durand Etampes (cf affiche), seront exposés les aspects cliniques et théoriques de ces pratiques de soin, des chercheurs présenteront leurs études, et les patients, parents et familles d’accueil témoigneront de leur expérience. Des outils pédagogiques innovants montreront la complexité des situations rencontrées. Pour prolonger les moments d’échanges lors de la pause déjeuner, les organisateurs offriront un buffet.

Nous espérons que vous viendrez nombreux à cette Journée d’étude interprofessionnelle qui associera les acteurs des  champs sanitaire (pédopsychiatrie et psychiatrie adultes), médico-social, protection de l’enfance, justice des mineurs, éducation nationale, associations …

Le Programme détaillé de la Journée sera diffusé prochainement.

Cette Journée entre dans le cadre de la Formation continue et elle est gratuite.

Pour l’INSCRIPTION : contacter laure.boyer@eps-etampes.fr  :

INSCRIVEZ VOUS

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

ASSOCIATION
REGIE PAR
LA LOI DU 1er Juillet 1901
-

Statuts déposés le 23/01/1992 
-


N° de Formation Continue : 1175 25 55 675 
N° SIRET : 41420497400029 – CODE APE : 913

OGDPC: n° d'enregistrement organisme: 2775

 

Document généré en 0.01 seconde